On fait le bilan… à 1 an

Points sur les dossiers, après 1 an d’existence :

 

Caisses d’Allocations Familiales (CAF)

Retards de paiement, difficulté juridique transfrontalière, demandes de financements…

Intervention auprès des directions des CAF, soutien de la CNAF (Caisse Nationale d’Allocations Familiales).

Un partenariat a été créé avec la CAF du Nord (59) suite au drame d’Emilie, afin de mettre de l’huile dans les rouages.

 

  • 5 dossiers concernant :

 

  • La CAF du Pas-de-Calais (62)
  • La CAF des Landes (40)
  • La CAF du Val-de-Marne (94)
  • La CAF du Pays Basque et du Seignanx (64)
  • La CAF des Bouches-du-Rhône (13)

 

 

–> Un vrai travail collaboratif est mis en œuvre, dans l’intérêt des allocataires, coordonné par la CNAF, où nous avons une interlocutrice très à l’écoute et réactive.

Il est à noter que la direction de la CAF du Nord nous a sollicités pour un partenariat suite au drame d’Emilie.

 


 

Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS)

Malgré une notification de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées), les AVS n’étaient pas mises à disposition.

 

  • 9 dossiers concernant :

 

  • L’académie de Rouen (2 dossiers)
  • L’académie de Versailles (3 dossiers)
  • L’académie de Toulouse (3 dossiers)
  • L’académie de Caen.

 

 

–> En règle générale, les Recteurs interviennent pour régler ce genre de situation. Toutefois, en Haute-Garonne un dossier a longuement traîné pour une enfant qui rentrait en 6ème ce qui n’est pas sans laisser des traces en matière de perte de chances pour l’enfant concernée.

 


 

Recours pour refus d’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (AEEH) / de Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

Refus en première instance, nous intervenons donc dans le cadre du recours amiable. Nous signalons les situations aux cabinets des Présidents des conseils départementaux ainsi qu’aux membres des CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées). En général, nous demandons aux familles d’étayer les dossiers par des certificats médicaux complémentaires ou attestations scolaires.

 

  • 15 dossiers concernant :

 

  • La MDPH de l’Eure (27)
  • La MDPH du Pas-de-Calais (62) (3 dossiers, un dossier refusé en totalité = un enfant sans soins et scolarité adaptés)
  • La MDPH de la Lozère (48)
  • La MDPH du Tarn (81) (5 dossiers, tous résolus)
  • La MDPH des Hautes-Pyrénées (65) (aucune communication possible, la famille est dans l’obligation de réaliser un prêt à la consommation pour finaliser le paiement des soins)
  • La MDPH de l’Isère (38)
  • La MDPH du Bas-Rhin (67)
  • La MDPH du Nord (59)
  • La MDPH des Pyrénées-Atlantiques (64)

 

–> Toutes les MDPH ne sont pas ouvertes aux handicaps neurologiques / cognitifs / invisibles. Globalement, nous arrivons à sensibiliser certains élus qui sont la clé de ces blocages. Le seul dossier bloqué se trouve dans le Pas-de-Calais, et ce malgré une intervention de son Président…

 

 

 

 


 

 

 

 

 

– Intervention dans le cadre d’une Information Préoccupante, exclusion, placement.

Ces dossiers sont complexes à gérer, nous n’intervenons qu’avec des éléments d’appui forts.

 

  • 13 dossiers concernant :

 

  • Un Institut Médico-Educatif (IME) de Biarritz (64)
  • Un IME / SESSAD (Service d’éducation spéciale et de soins à domicile) de Saint Brevin les Pins (44) (2 dossiers)
  • Un EREA (Établissement Régional d’Enseignement Adapté) à Garches (92)
  • Un collège privé à Castres (81)
  • Un IME à Villeneuve-le-Roi (92)
  • Un collège privé à Pau (64)
  • Un hôpital psychiatrique à Mont-de-Marsan (40)
  • Une école publique à Gaillac (81)
  • Une école privée à Montpellier (34)
  • Une Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) à Castelnau-le-Lez (34)
  • Un collège à Lourdes (65)
  • Une école à Narbonne (11)

–> Ces signalements ont très souvent un fond « psychanalytique », à notre humble avis. Pour ces dossiers nous arrivons à temporiser avec l’aide des Agences Régionales de Santé (ARS) et des ministères. Des changements de SESSAD par l’ARS, des solutions de PCH en attendant de trouver une autre structure plus « bienveillante », une médiation mise en place par l’ARS, un changement d’école.

 


 

Aide alimentaire – relogement

Logement inadapté au handicap, famille isolée sans électricité, sans nourriture, sans réfrigérateur ou matériel de cuisson, sans vêtements, etc… Les associations refusent d’intervenir sans la saisine d’une assistante sociale, et les familles n’ont plus confiance dans le système social. Le collectif lance donc parfois des collectes, ou se cotise pour aider les situations urgentes.

 

 

  • 8 dossiers à :

 

  • Pau (64) (relogement, aide financière, aide alimentaire, soutien moral, etc …) Service Social du département et Pact du Béarn.

Le Collectif a fait deux voyages chez cette maman pour lui amener nourriture et vêtement, ainsi qu’un don financier pour l’aider.

  • Billy-Montigny (62) (aide alimentaire, sociale, réfrigérateur et cuisson ) le directeur adjoint de la CAF du Pas-de-Calais a permis à cette famille d’avoir une aide, et le CCAS de Montigny leur a permis d’obtenir un colis alimentaire d’urgence, ainsi qu’une journée récréative pour toute la famille et un soutien social.
  • Harnes (62) : une maman sans revenus suite à un conflit juridique de CAF transfrontalier. Le CCAS de la ville de Harnes est intervenu pour prendre en charge cette maman au niveau alimentaire et moral. Des familles du Collectif lui ont fait parvenir des vêtements pour le bébé qui arrivait.
  • En Dordogne (24), une maman avec 3 enfants est en cours d’obtention de vêtements et matériel pour l’aider dans son redémarrage de vie grâce à une généreuse maman en local.
  • Bayonne (64) : aide au relogement d’une famille suite à un grave accident de la route d’un des enfants âgés de 15 ans. Habitelem
  • Gaillac (81) : relogement d’une maman solo de deux enfants, dont une avec pathologie cardiaque. Tarn Habitat.
  • Bayonne (64) : aide à résorber une facture d’eau et de Cantine. La mairie de Bayonne a accepté d’effacer la dette au regard de la situation de cette famille.

–> Le Collectif n’a pas de fonds financiers. Ce sont les familles de membres qui se concertent pour s’entraider lorsque les associations ou les services sociaux sont en refus. Il est toujours agréable de constater l’investissement de certains travailleurs sociaux, certains élus et administratifs (chefs de cabinet, directeurs HLM, assistantes sociales…).

 


 

 

 

 

 

– Matériel handicap moteur – suivi juridique et administratif – recherche de structure adaptée

 

  • 5 dossiers

 

  • Landes (40) : adolescent lourdement handicapé (aide à l’obtention du matériel adapté, suivi administratif et orientation juridique du dossier).
  • Bizanos (64) : enfant sans SESSAD malgré notification.
  • Aix-en-Provence (13) : adulte handicapé en souffrance dans sa structure (perte d’autonomie, de poids…).
  • Montpellier (34) : adolescent handicapé dont le médecin du travail a refusé de statuer sur l’aptitude au travail, il s’est donc vu évincer de son poste.
  • Bayonne (64) : dame âgée sans médecin généraliste malgré un état de santé délicat et un hébergement en foyer logement sous prétexte « qu’elle est difficile »… (handicap mental).
  • Val-de-Marne (94) : recherche d’un IME pour adolescent autiste.
Publicités

Les media en parlent

Dans le Pas-de-Calais, toujours pas d’AVS pour Yony :


Le Collectif Emilie a 1 an (On fait le bilan… à 1 an) :

  • Article La Voix du Nord sur le bilan de notre action (cliquez sur l’image)

 


Grève de la faim (Action du 19/06/2017) :

  • Article Faire Face sur l’issue de l’action (cliquez sur l’image) :

 

  • Article Handicap.fr sur l’issue de l’action (cliquez sur l’image) :

 

  • Reportage BFM TV sur l’action (cliquez sur l’image) :

 

 

  • Article Handicap.fr de présentation de l’action (cliquez sur l’image) :

 

  • Interview d’Elisabete et Céline par Vivre FM :

 


 

Soutien à l’association DSF 47 (Dys’Solutions France 47) :

  • Interview de Karine par Radio 4 :

 

Action du 19/06/2017

Lettre ouverte à Emmanuel Macron.

Cessez L’indifférence face à la différence

La France, Pays des droits de l’Homme et du citoyen, accuse 40 ans de retard en matière d’accompagnement et de prise en charge tout handicap et âge confondu.

Les textes internationaux :

* la Convention Internationale des droits des Personnes en situation de handicap

* la Convention Internationale des droits de l’enfant sont sans cesse bafoués et foulés au pied.

La France a été de multiples fois condamnée par le Conseil de l’Europe.

En janvier 2016 c’était au tour de l’Organisation des Nations Unies à Genève de pointer du doigt la France lors de son audition et de l’appeler à protéger ses enfants en situation de handicap.

Aujourd’hui les familles de :

Morgan jeune autiste de 23 ans dans les Landes,

Romain jeune autiste de 15 ans dans le Val de Marne,

Donovan en situation de handicap grave dans les Landes,

Lucas enfant autiste de 3 ans dans les Pyrénées Atlantiques,

sont en attente de places et de solutions comme tant d’autres avant elles et malheureusement comme tant d’autres à venir.

Depuis des mois ces familles sont accompagnées et aidées par le Collectif Emilie, parents d’enfants handicapés. Jusqu’alors des échanges et un travail collaboratif étaient possibles avec l’ancien gouvernement et l’Elysée.

Depuis votre élection et la mise en place des différents ministères nous n’avons comme seul retour qu’une chape de plomb lourde de sens et de conséquences.

Face aux portes closes et l’inertie auxquelles ces Familles se sont heurtées malgré tous les efforts déployés pour être entendues par le nouveau gouvernement, une grève de la faim va être entamée Lundi par une maman et une soeur d’enfants handicapés, Place de la République à Paris. Cet acte désespéré nous inquiète.

Vous avez fait preuve d’un silence irresponsable pour la petite Myléna, enfant retirée à sa mère, car cette dernière n’aurait pas réglé les soins en libéral (orthophonie et psychomotricité), selon son avocat, et dont la pétition soulève plus de 15 880 signatures.

Pour soutenir ces familles, nous entamerons une action forte solidaire et collective que nous n’annulerons pas.

Nous avons donc de manière collégiale décidé, à notre tour, une grève de la faim solidaire.

Nous nous relaierons chaque jour pour observer à notre tour un jeûne.

Nous ne nous contenterons plus de réponses polies et courtoises, d’une langue de bois politicienne ou d’hypothétiques promesses pour éteindre le feu qui couve.

Vous vous êtes publiquement engagé en faveur du handicap en publiant notamment dans la presse votre visite dans un établissement ou celle impromptue dans une famille bretonne. Une belle opération de séduction et de communication dont nous ne sommes pas dupes.

Aujourd’hui nous exigeons de votre gouvernement des actes forts et immédiats en direction des familles mais au sens le plus large, dans toute la thématique du handicap, tout handicap confondu, dont il vous reste tout à bâtir et à construire.

Ce n’est pas aux familles à s’adapter à vous.

Vous êtes le Représentant du Peuple et en tant que tel c’est donc à vous qu’il incombe la responsabilité de s’adapter à leurs attentes et ce, pour l’intérêt général.

Les politiques d’austérité menées jusqu’alors et l’absence totale d’une vraie politique du handicap ont conduit des parents à mettre leur vie en danger en escaladant des grues en signe de protestation, d’autres à mettre fin à leurs jours tant leur avenir leur semblait pour leurs proches et elle même impossible.

Combien de larmes de rage et de désespoirs des milliers de familles n’ont-elles pas versé tant ce système injuste broie leurs vies et brise à tout jamais un espoir possible pour leurs enfants, adolescents ou adultes en situation de handicap. Leur seul crime être né sur notre territoire simplement différent dans une société peu ou mal préparée ….

Ceci aujourd’hui vous l’aurez compris, ces Familles, leurs enfants et nous-mêmes ne l’accepterons plus. Nous veillerons durant l’intégralité de votre quinquennat à ce qu’une vie citoyenne, digne et juste soit applicable à tous et ne fasse pas l’objet d’une simple promesse électorale et d’une opération de communication avec la nomination en tant que secrétaire d’Etat d’une maman d’une enfant trisomique.

Avec nos salutations les meilleures, républicaines et vigilantes.



Le Collectif et Associations :

 

Les Premiers signataires de l’Appel à Soutien :

Sylvie Bataille Maman de Laetitia.

Mathieu Mienné. Citoyen.

Association ADEPO Francis Roques (Association de Défense des Polyhandicapés)

Marie Laure Darrigade. Oratrice Nationale handicap de la France Insoumise

Jean Christophe Sellin Conseiller Régional Occitanie Pyrénées-Méditerranée

Medhi Kemoune Candidat France Insoumise aux élections législatives 15 ème arrondissement de Paris

Patrick Jimena Candidat France Insoumise aux élections législatives 6ème circonscription de la Haute Garonne

Karine Monsegu Syndicaliste Air France

Contact Presse : Karine Heguy Collectif Emilie 06 01 77 70 69

Le point de la semaine…dernière 

Point du mois de juin !

Pierrick, autiste, Bayonne (64). Son IME souhaitait l’évincer pour des raisons de « violences ».

Nous sommes intervenus auprès de la MDPH 64, du Conseil départemental 64, et de l’IME.
Pierrick continuera à bénéficier de soins au sein de cet IME, le temps qu’une autre solution soit trouvée au sein d’un établissement bienveillant.

Rebecca, maman solo de deux enfants, dont une en situation de handicap, Gaillac (81). Sa fille ne pouvait que difficilement monter les escaliers pour se rendre au domicile familial car elle présente une pathologie cardiaque.

Nous sommes intervenus auprès de Tarn Habitat. Un logement plus adapté lui a été attribué, elle vient de déménager.

Valérie, Lourdes (65), maman d’un enfant en situation de handicap en situation de détresse. Son fils refusait de se rendre en classe. L’enseignant s’est permis de noter sur le compte rendu d’ESS qu’il « sentait mauvais et qu’il était dans l’obligation d’ouvrir les fenêtres en sa présence …. ».

Nous avons contacté l’IA du 65 pour dénoncer ces propose et le regard porté sur ce jeune. Elisabeth, une maman du collectif, est intervenue en local. Nous avons également contacté la banque de cette maman car elle finançait les soins n’osant pas faire de demandes AEEH face au rejet systématique de la MDPH 65. Elle s’est retrouvée avec des agios et interdit bancaire.
L’enfant a été orienté dans une structure adaptée. La banque a accepté de faire des efforts. Elisabeth a été au top !

Yony dans le Nord (62). Diagnostiqué « psy » par le CMPP local, avec un refus d’AVS par la MDPH. Nous avons accompagné la maman pour un diagnostic en libéral. Il apparaît que l’enfant est dysgraphique ce que le CMPP n’a jamais vu après des années de suivi…. Un accompagnement en ergothérapie est indispensable ainsi qu’une compensation avec un ordinateur.

Mireille une maman du collectif en local a été accompagnée la maman de Yony pour présenter le recours amiable devant la commission. L’AVS devrait être ENFIN accordée. Merci Mireille !

Caroline d’Arras, maman handicapée solo avec 3 enfants. Sort d’un foyer après un long combat pour se remettre de violences conjugales. Logée dans un appartement sans frigidaire, sans machine à laver et gazinière.

Nous avons contacté le CCAS local et la direction de la CAF. Des solutions ont été trouvées et un véritable accompagnement est mis en place. Beaucoup de bienveillance désormais autour de cette maman.

Brigitte, d’Aix en Provence, maman d’un adulte qui a subi une rupture d’anévrisme. Il est désormais pris en charge dans un MAS. Brigitte le trouve sur médicamenté, il a perdu toute autonomie. Elle est légitimement inquiète.

Nous avons contacté l’association France Traumatisme Crânien ainsi que le défenseur des droits.

Emma 7 ans, maladie génétique rare, en Lozère. Enfant dépendante a gros besoins. La famille s’est vue réduire les 90 heures de PCH mensuelles à un complément d’AEEH d’environ 200 euros.

Nous sommes intervenus auprès du cabinet du conseil départemental et de la MDPH. Nous attendons un retour.

Cécile, handicapée adulte totalement dépendante de Montpellier (34), prise en charge dans une structure, s’est fait renverser a plusieurs reprises de son fauteuil roulant ce qui a entraîné des blessures graves. Le médecin veut désormais lui imposer un fauteuil qui rendra sa mobilité presque impossible pour des raisons de sécurité. Sa soeur Fadila nous a demandé d’intervenir.

Nous avons contacté l’établissement. Une médiation est en cours à la fois pour protéger Cécile car la situation présente un sérieux danger pour elle, mais aussi pour maintenir son autonomie.

Julian et Kyara, en situation de handicap dans le 74. Kyara a une notification MDPH pour une AVS, mais l’éducation nationale a écrit à la famille pour les informer que par manque de moyens ils ne peuvent pas la mettre en oeuvre ….
Son frère Julian attend un renouvellement d’AVS, dossier déposé en mars 2017 auprès de la MDPH.

Nous avons contacté l’IA du 74 et le Recteur concernant cette histoire de « manque de moyen ».
Nous avons contacté la MDPH et le Cabinet du département concernant l’avancée du dossier de Julian. Nous attendons des retours.

 

Le point de la semaine…dernière

point

Point de la semaine dernière :

Point du mois de juin !

Pierrick, autiste, Bayonne (64). Son IME souhaitait l’évincer pour des raisons de « violences ».

Nous sommes intervenus auprès de la MDPH 64, du Conseil départemental 64, et de l’IME.
Pierrick continuera à bénéficier de soins au sein de cet IME, le temps qu’une autre solution soit trouvée au sein d’un établissement bienveillant.

Rebecca, maman solo de deux enfants, dont une en situation de handicap, Gaillac (81). Sa fille ne pouvait que difficilement monter les escaliers pour se rendre au domicile familial car elle présente une pathologie cardiaque.

Nous sommes intervenus auprès de Tarn Habitat. Un logement plus adapté lui a été attribué, elle vient de déménager.

Valérie, Lourdes (65), maman d’un enfant en situation de handicap en situation de détresse. Son fils refusait de se rendre en classe. L’enseignant s’est permis de noter sur le compte rendu d’ESS qu’il « sentait mauvais et qu’il était dans l’obligation d’ouvrir les fenêtres en sa présence …. ».

Nous avons contacté l’IA du 65 pour dénoncer ces propose et le regard porté sur ce jeune. Elisabeth, une maman du collectif, est intervenue en local. Nous avons également contacté la banque de cette maman car elle finançait les soins n’osant pas faire de demandes AEEH face au rejet systématique de la MDPH 65. Elle s’est retrouvée avec des agios et interdit bancaire.
L’enfant a été orienté dans une structure adaptée. La banque a accepté de faire des efforts. Elisabeth a été au top !

Yony dans le Nord (62). Diagnostiqué « psy » par le CMPP local, avec un refus d’AVS par la MDPH. Nous avons accompagné la maman pour un diagnostic en libéral. Il apparaît que l’enfant est dysgraphique ce que le CMPP n’a jamais vu après des années de suivi…. Un accompagnement en ergothérapie est indispensable ainsi qu’une compensation avec un ordinateur.

Mireille une maman du collectif en local a été accompagnée la maman de Yony pour présenter le recours amiable devant la commission. L’AVS devrait être ENFIN accordée. Merci Mireille !

Caroline d’Arras, maman handicapée solo avec 3 enfants. Sort d’un foyer après un long combat pour se remettre de violences conjugales. Logée dans un appartement sans frigidaire, sans machine à laver et gazinière.

Nous avons contacté le CCAS local et la direction de la CAF. Des solutions ont été trouvées et un véritable accompagnement est mis en place. Beaucoup de bienveillance désormais autour de cette maman.

Brigitte, d’Aix en Provence, maman d’un adulte qui a subi une rupture d’anévrisme. Il est désormais pris en charge dans un MAS. Brigitte le trouve sur médicamenté, il a perdu toute autonomie. Elle est légitimement inquiète.

Nous avons contacté l’association France Traumatisme Crânien ainsi que le défenseur des droits.

Emma 7 ans, maladie génétique rare, en Lozère. Enfant dépendante a gros besoins. La famille s’est vue réduire les 90 heures de PCH mensuelles à un complément d’AEEH d’environ 200 euros.

Nous sommes intervenus auprès du cabinet du conseil départemental et de la MDPH. Nous attendons un retour.

Cécile, handicapée adulte totalement dépendante de Montpellier (34), prise en charge dans une structure, s’est fait renverser a plusieurs reprises de son fauteuil roulant ce qui a entraîné des blessures graves. Le médecin veut désormais lui imposer un fauteuil qui rendra sa mobilité presque impossible pour des raisons de sécurité. Sa soeur Fadila nous a demandé d’intervenir.

Nous avons contacté l’établissement. Une médiation est en cours à la fois pour protéger Cécile car la situation présente un sérieux danger pour elle, mais aussi pour maintenir son autonomie.

Julian et Kyara, en situation de handicap dans le 74. Kyara a une notification MDPH pour une AVS, mais l’éducation nationale a écrit à la famille pour les informer que par manque de moyens ils ne peuvent pas la mettre en oeuvre ….
Son frère Julian attend un renouvellement d’AVS, dossier déposé en mars 2017 auprès de la MDPH.

Nous avons contacté l’IA du 74 et le Recteur concernant cette histoire de « manque de moyen ».
Nous avons contacté la MDPH et le Cabinet du département concernant l’avancée du dossier de Julian. Nous attendons des retours.

Le point de la semaine

point

Point du mois de SEPTEMBRE !

 

Yony, 9 ans, vient de faire sa rentrée à Liévin (Pas-de-Calais). Suite au refus MDPH, il n’a pas d’AVS et les prestations de compensation demandées n’ont pas été accordées. Nos représentantes locales – Marine, Mireille et Sam – ont porté le soutien du Collectif devant l’école et dans les media. Avec sa maman, elles ont été reçues par la directrice de l’établissement et l’inspectrice d’académie. Nos revendications ont été entendues au ministère, qui souhaite avoir des compléments d’information. La facture du psychomotricien va être diffusée, afin de prouver à toutes les personnes ayant soutenu Yony l’utilité de leur financement participatif. Grâce à ce bilan, une nouvelle demande va pouvoir être déposée.

 

En Haute-Garonne, Macéo, 7 ans, n’a pas pu faire sa rentrée en CE2, faute d’école pour l’accueillir. En effet, après des soucis dans son ancienne école et sur les conseils de plusieurs professionnels qui assurent son suivi, ses parents ont décidé de le changer d’établissement. Il n’a pourtant pas pu intégrer sa nouvelle école, située sur la commune voisine, car le financement de ce transfert n’a finalement pas été attribué par la commune du lieu de résidence (collectivité compétente pour financer). Comme toujours, nous nous appuyons sur des éléments factuels afin de faire émerger une solution rapide, dans l’intérêt de l’enfant.

 

Cécile, handicapée mentale et moteur, vit au sein d’un IME. Pour des raisons obscures, cet institut veut lui ôter son autonomie. Depuis que la famille a osé se manifester et faire valoir ses intérêts, les responsables ont entrepris une dénonciation afin de perdre la tutelle de Cécile.

 

En Seine-Maritime, Nathalie, maman de 3 enfants handicapés, attend depuis janvier que la MDPH traite ses dossiers. Nous avons contacté le Président du Département et sommes en contact avec les services de la MDPH. Les dossiers seront analysés le 18 septembre.

 

Dans les Landes, l’état de santé de Donovan s’est dégradé. Nous travaillons avec lui afin de permettre l’octroi d’une demande de provisions pour financer le matériel qui lui rendra la vie plus facile en attendant la décision de justice finale.

 

Dans le Pas-de-Calais, Sam est une maman de 6 enfants (4 filles et 2 garçons), tous porteurs de troubles variés.

Nous avons contacté par email l’assistante sociale du Département, dans le but d’envisager l’intervention d’une travailleuse familiale afin de la soulager au quotidien.

Nous tentons de l’aider à monter un dossier de fonds de secours auprès de la CPAM.

 

Nous intervenons aussi pour aider Inès : suite à une lutte l’an dernier pour qu’elle ait son AVS, la direction a transféré cette dernière au secrétariat. Nous avons manifesté notre mécontentement : l’AVS est retournée en classe, mais fait depuis montre d’attitude inappropriée.

 

Nous terminons par une note de satisfaction : le dossier d’Arthur, enfant dys atteint d’un cancer, est résolu : l’AJPP a été obtenue. La maman nous remercie.

 

 

Nous tenons à préciser que nous n’agissons QUE dans l’intérêt des enfants. Les diverses pressions pour nous faire intervenir hors de ce cadre nous amènent et nous amèneront à ne plus traiter les dossiers concernés.

Nous rappelons notre devise : je t’aide, tu m’aides, on s’aide.

Présentons nous !

qui-sommes-nous

Pour que l’histoire d’Émilie ne se reproduise plus jamais, un groupe de parents d’enfants handicapés s’est réuni pour aider les familles en situation de handicap les plus en détresse.

Mais derrière cette description succincte, qui sont réellement ces énigmatiques membres actifs du Collectif Émilie ?
En exclusivité pour le site, nous nous présentons :

Lire la suite « Présentons nous ! »

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :